Shamanism, laïcité et autres curiosités

shaminsm1.jpgQuand mon ami américain Nicholas, 20 ans m’a parlé de ses cours de « shamanism » à l’université de Portland, j’imaginais un topo magistral d’anthropologie ou quelques éléments d’Histoire des Indiens et des sorciers d’Amérique. J’étais bien loin du compte.
Aux Etats-Unis ou du moins à  l’université publique de Portland, Oregon, des cours de méditation chamanique sont divulgués aux élèves et valent, tenez vous bien, 4 crédits à eux tout seul. 4 crédits pour passer quatre heures allongé sur le sol à écouter une prétresse (et non pas une maîtresse) prier et invoquer les Dieux au rythme d’un tambour en peau de bison.

Retour sur quatre heures impensables dans notre laïque de France.

Le cours avait pourtant commencé de manière très traditionnelle avec quelques explications théoriques sur la déesse « bridget » et son fabuleux « pouvoir de créativité ». J’aurais du me douter de la teneur de cette matinée chamanique quand la shamane- teacher nous a demandé de « décrire nos chaudrons personnels ». Le chaudron de la tête, le chaudron du coeur et le chaudron du sexe. Whaaat?? Moi étonnée, un peu gênée, m’en sort avec quelques banalités « it is warm, it is OK. Everything is OK ».
Moins farouches, les étudiants américains venus très nombreux ce vendredi matin, ont tous livré, et avec passion, leurs derniers rêves ou leurs propres expériences avec la déesse Mandola (étudiée au dernier cours).

Après la pause, place aux travaux pratiques. Tables et chaises ont été poussées dans un coin. Au centre, une bougie et quelques images font office de sanctuaire. Assis en tailleur ou allongés sur le sol, les étudiants prient et se concentrent sur leur propre bougie. Au milieu d’eux, la prêtresse tient une maracas dans chaque main et tourne sur elle-même en invoquant la déesse. Ce petit cinéma prend au moins deux heures de cours, deux heures pendant lesquelles je me suis assoupie, espérant au fond de moi voir les bougies valser ou les élèves entrer en transe. Rien de tout cela malheureusement, may be next week?
Ah oui, j’oubliais les devoirs : un coloriage. Une rosace plus exactement, très importante dans le rituel chamanique. « Laissez vous guider par Bridget, elle choisira les couleurs » sont les seules consignes de la Shamane. On est priés de présenter notre oeuvre la semaine prochaine, elle sera bénie par Bridget en personne ! Attention pas d’oubli, cela vaut quatre crédits!

A suivre, une interview de la prof et une confrontation de celle-ci avec le recteur de l’université de Portland Community College. « Non mais vous ne pouvez pas laisser faire cela ! » ethnocentrisme?

0 Réponses à “Shamanism, laïcité et autres curiosités”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




future generation |
URSS |
La mini serre. |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Eléphantsia
| The raspoutine news
| linfoenplusur